Offres Spéciales

Profitez de nos offres spéciales et économisez sur votre stage maintenant !

Contactez-nous

272 Boulevard Beuve
62200 BOULOGNE SUR MER
Tél. 03 21 83 25 48
Mail. cvcco@wanadoo.fr

Documents en ligne

Téléchargez nos documents en ligne

Newsletter

Quelques informations sur le char à voile

Historique du char à voile

En 2000 avant J.C, les pharaons utilisaient déjà le char à voile (le " char à vent ") dans le désert égyptien.

Les Chinois aussi l'utilisaient en 550 avant J.C. Ils construisaient des chariots de guerre en bambous, aux voiles gonflées par le vent qui pouvaient transporter jusqu'à 30 soldats.
Au 17ème siècle, le Brugeois Simon Stevin construisit un char à voile carré pour le prince Maurice de Nassou.

En 1807, Willy Coppen de Hontult construit le premier char à voile.

En 1834, un char à voile français, l'Eolienne, fut présenté près de Paris. Ce char présentait 4 roues, 2 mats, 6 voiles et pouvait transporter 15 à 20 passagers.

C'est en 1898, sur la plage de Ronne en Belgique que les frères Dumont expérimentent des chariots munis d'une voile à Livande.

Le char à voile commença réellement à se développer aux États Unis en 1902, à Muroc en Californie
En Europe les premières compétitions ont lieu dès 1909

En 1911: Louis Blériot produit son aéroplage. Après la première guerre mondiale, Henry Demourry se met à penser scientifiquement le char à voile et crée un char fonctionnel, stable et efficace en compétition. Le char idéal se rapproche des formule A, véritables formules 1 des plages.

La première compétition s'est déroulée en France en 1913, sur la plage de Berk sur mer dans le Pas de Calais

En 1937, 2 journalistes américains conçurent et réalisèrent le DN Utility Land Sailor (utilisable également sur glace) encore utilisé de nos jours

Le sport s'est développé après la seconde guerre mondiale, surtout aux États Unis

En 1967 eu lieu le premier raid international au Sahara, entre Colomb-Béchar et Nouakchott, avec 24 pilotes

Peu à peu les chars se sont améliorés au niveau de la conception et de l'aérodynamisme.
Le record du monde de vitesse, battu par Bertrand Lambert est de 151 km/h par 50 km/h de vent

Qu'est ce qu'un char à voile?

Tout engin sur roue dirigé par un pilote et propulsé par le vent" (définition de la Fédération Française de Char à Voile FFCV)
Seul , en famille, en groupes, il peut se pratiquer à tout age et nécessite peu de pratique pour acquérir les principes de base
Il se pratique avec un casque, avec une licence et souscription d'une assurance responsabilité civile dans un club affilié à la FFCV

Le char à voile se divise en deux parties : le char et le gréement

  • Le char se compose :

D' un châssis : il peut être en T ou en Y. Il est constitué de tubes métalliques inox, acier galvanisé ou métallisé afin de pouvoir résister à la corrosion. Le châssis reçoit le siège et le pied du mât. Il peut dont transférer l'énergie développer par la voile aux roues afin de permettre au char d'avancer. Le châssis est relié aux roues arrières par l'essieu et la roue avant par le timon. Il doit posséder en outre des qualité en dynamique telles que la souplesse pour amortir les surventes en vrillant ou encore encaisser les irrégularités du sol.

De l'essieu : il peut être soudé ou boulonné à la pièce centrale. Il peut être constitué de deux essieux en aluminium offrant plus de souplesse en servant d'amortisseur pour la classe 5 compétition et aussi en bois pour les classes 3.

De la direction : Sur tous les chars modernes, c'est la roue avant qui est directrice. Le pilote dirige avec les pieds au moyen d'un palonnier. La commande est transmise à la roue avant à l'aide d'une barre de direction ou de câbles. Le palonnier est réglable afin d'adapter le char à la taille du pilote.

Des roues : (diamètre, largeur, gonflage) La roue est déterminante dans la recherche de vitesse. Grande et fine elle offrira moins de résistance à l'avancement. Petite et large, elle sera plus solide. Pour être performant il faudra qu'il soit lisse ( sur terrain dur et lisse : roues bien gonflées; sur terrain mou et ondulé : roues plus souples)

D'un frein : il permet bien évidemment de pouvoir s'arrêter, mais ce n'est pas le seul moyen.

D'un mât : il est constitué de tubes d'aluminium hautes résistance superposés. Son rôle initial est de supporter la voile. Extrêmement résistant à la base, il devient plus souple à mesure qu'il s'élève pour épouser la voile et amortir les surventes

  • Le gréement se compose :

D'une voile cousue sur un fourreau dans lequel on enfilera le mât. La voile est constituée d'un assemblage de bandes de tissus (laize) qui permettent de lui donner une forme. Elle peut être fabriquée en nylon, daccron, polyester pour les voiles écoles; en mylar ou monofil pour les voiles de compétition. Outre la mise en forme à la construction, les lattes entre les laizes participent à la mise en forme des voiles. L'allongement est une autre caractéristique de la voile

D'une écoute : c'est une petite corde qui sert à accélérer ou à freiner en tendant ou en lâchant la voile.

De poulies : elles servent à maintenir l'écoute et à choquer ou à border la voile en multipliant la force par 1,2 jusqu'à 6 fois.

D'une bôme : elle sert à tenir le bas de la voile et reçoit le pouliage.

Quelques définitions:

Le palonnier : barre se manœuvrant au pied et agissant sur la gouverne (terme aéronautique)

L'écoute : cordage servant à orienter les voiles.

La poulie : roue portée par un axe et dont la jante est conçue pour recevoir un lien flexible destiné à transmettre un effort de levage, de traction.

La bôme : espar horizontal sur lequel est fixée la partie basse d'une voile aurique ou triangulaire.

L'espar : longue pièce de bois, de métal ou de plastique du gréement d'un bateau et destinée à remplacer éventuellement un mât.

Comment monter un char à voile ?

Tout d'abord on place le mât sur le char : on glisse la voile sur le mât en se plaçant face au vent pour éviter que la voile ne s'agite en prenant le vent.
N'oubliez pas de mettre votre casque pour éviter que la baume ne vous cogne sur la tête .
Ensuite il faut placer l'écoute dans les poulies et y faire un noeud pour éviter qu'elle ne se détache.
Une fois monté, il est préférable de coucher le char sur la plage.

Comment régler le palonnier ?

Tout d'abord il faut s'installer dans le char pour pouvoir régler le palonnier. Puis il faut coincer la corde dans la mâchoire du palonnier pour que la palonnier reste bloqué.

Le palonnier fait environ 30cm de longueur. Il fait 2 à 3cm de côté. Nos jambes doivent être pliées à environ à 110°.

Comment utiliser un char à voile ?

Pour manœuvrer son char il est bien sûr indispensable de savoir d'où vient le vent.
Quelques règles de conduite de base

Pour accélérer

On accélère en tirant sur l'écoute, on appelle cela border la voile. On accélère en s'écartant du
vent.

Pour ralentir
On ralentit en relâchant progressivement l'écoute, on appelle cela choquer la voile. On peut
également ralentir en se rapprochant de l'axe du vent.

Pour s'arrêter

On s'arrête en choquant la voile et en positionnant son char face au vent.
Il est important de vérifier que personne n'est en train de doubler quand on s'arrête. On ne doit pas poser les pieds sur le sol avant l'arrêt complet du char.

Pour tourner

Il existe deux façons de tourner avec le char à voile.

  • Virer de bord : C'est à dire faire un demi-tour en tournant face au vent.
  • Empanner : C'est à dire faire un demi-tour en tournant vent arrière.